Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

Les beaux yeux d'Agatha

Publié le 16 Juillet 2014 par Cerise in nouvelles

La fillette présente à sa mère un collage qu'elle vient d'effectuer . Elle est particulièrement fière du titre, découpé dans un Télérama, allusion fine, selon elle, à un feuilleton en vogue à cette époque : « LES BEAUX YEUX D'AGATHA ».
Sur la page blanche, en dessous, se déploie un bouquet original : les fleurs sont des yeux prélevés à la pointe des ciseaux sur des visages en gros plan dans des revues de mode; les feuilles et les tiges, découpées dans les pages de texte, ont un contour somme toute assez conventionnel, mais offrent au regard un délicat réseau de lettres sur leurs surfaces claires. Elle s'est appliquée, elle est satisfaite du résultat : c'est nouveau, c'est harmonieux, gracieux, pas trop de coups de ciseau de travers ou de bavures de colle... Bref, ça va plaire à sa mère, qui la félicitera certainement pour cette réussite.
Or, la mère épouvantée recule «(« comme si c'était un bouquet de vipères », pense la fillette) et hurle ! Un long hurlement aigu qui s'achève en cris de désespoir : « Mais où vas-tu chercher ce genre d'idées ? Un bouquet d'yeux ! Et ce titre ! C'est horrible ! C'est malsain ! Ma parole, le diable est en toi ! Enlève ça tout de suite hors de ma vue ! ».
La fillette déçue s'en retourne dans sa chambre, ne sachant trop que faire de son beau collage. Pourquoi n'a-t-elle pas dit à sa mère qu'elle a trouvé la recette de son œuvre dans un magazine pour enfants auquel elle est abonnée, abonnée par qui, d'ailleurs ? Magazine catholique, de surcroît, merci pour l'idée du mois dans la rubrique « Créativité » ! Mais pourquoi ne l'avoir pas dit ? Par fierté, pour ne pas s'abaisser à se justifier ? Parce qu'elle n'était pas obligée, après tout, de réaliser le collage prescrit, ça lui avait bien plu, cette idée malsaine, elle ne pouvait le nier, et sa mère le lui aurait peut-être fait remarquer, ajoutant à l'humiliation de l'auto-justification celle de son inefficacité ? Oui, bien sûr, mais il y a autre chose, une nuance de satisfaction teinte sa déception, le plaisir d''avoir réalisé une bonne farce sans en avoir eu l'intention, un sentiment de puissance. Comme elle a crié, sa mère ! Quelle panique ! Ainsi, elle a ce pouvoir ? Un petit sourire diabolique se forme maintenant sur les lèvres de la fillette à cette idée.
Commenter cet article