Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

Husserl 2

Publié le 21 Septembre 2006 par Cerise in nouvelles

   Voici la suite de ma conversation avec un étudiant en philosophie à propos de Husserl.
    Je rappelle que je cherchais quelqu'un qui fût capable de m'expliquer un livre d'explication de la pensée de Husserl et que je finissais par le trouver en la personne de cet étudiant en philosophie dans une rue de Paris (près de la Sorbonne, d'ailleurs)

Heureusement, j’ai fini par tomber sur un étudiant en philosophie qui n’était pas trop à la bourre. Il a lu. Il a compris. Les choses se sont gâtées quand je lui ai demandé de m’expliquer ce qu’il avait compris. Il a dit que c’était trop compliqué pour qu’il puisse me l’expliquer. Qu’il fallait que je comprenne directement, que je fasse l’effort intellectuel de comprendre, puisque tout était expliqué, là, complètement expliqué et qu’il n’y avait pas moyen d’expliquer davantage. Si je ne comprenais pas cela, il ne pouvait rien pour moi.

- Mais je fais tous les efforts possibles! Je me tords la cervelle dans tous les sens. C’est opaque, pour moi! Peut-être que ce sont les mots qu’emploie l’auteur.... Ne pourriez-vous me proposer une autre formulation, plus simple?
- Impossible. Cela risquerait de fausser la pensée du maître. Peut-être n’avez-vous pas l’esprit suffisamment formé à la réflexion philosophique. Il faudrait lire ou relire Descartes, Leibniz, Spinoza, Kant...

- Mais je les ai lus... Enfin, pas l’intégralité de leurs oeuvres.... Eux, ça va à peu près. J’ai au moins l’impression de comprendre. Celui-là...

- Alors, c’est qu’il y a une réticence psychologique. Dites moi ce que vous avez compris.

- Mais puisque je vous dis que je n’ai rien compris!

- Allez! A d’autres! On comprend toujours quelque chose. Je sens que vous avez compris quelque chose qui vous fait peur.

- Ah, parce que les philosophes sentent, maintenant?

- Qu’est-ce que vous croyez? Mais ne détournez pas la conversation et dites moi ce que vous avez compris, sinon je m’en vais.

-  J’ai compris que nous avons créé le monde.

- Quoi? Alors là, je comprends que vous n’y compreniez rien! C’est effrayant! Ne dites jamais ça à un professeur de philosophie! Moi, je ne suis qu’étudiant, ça va encore, je peux le supporter, mais ne me le redites pas dans trois ans, quand je serai professeur agrégé de l’Université.

    - Pourquoi? c’est choquant?

 - Réfléchissez cinq minutes. Ce que vous avez cru comprendre est clair, net et précis. Cela s’exprime en une phrase. N’importe quel citoyen lambda accéderait immédiatement à la signification de cette phrase, sans avoir besoin d’interminables années d’études de philosophie. C’est bien parce que je n’en suis qu’à la première, hein, je peux encore supporter que quelqu’un traduise une oeuvre de 50 000 pages en quelques mots, quoique ça me fasse un choc et que je sois intimement persuadé que vous n’avez rien compris. Mais enfin, je demeure courtois, je ne meurs pas d’apoplexie et je ne vais pas vous frapper sauvagement avant de vous quitter...

 - Les vrais professeurs le feraient?

 - Je le crains. Il y en a de redoutables... Mais je vous supplie de considérer que si Husserl a rédigé des oeuvres si nombreuses, si méticuleuses, si hermétiques aux profanes, c’est que sa pensée ne pouvait tenir en une phrase...   

 - Et s’il avait eu peur lui même?

 


 

 

- Possible... Intéressant... Très ingénieux! Il ne l’a même pas pensé, d’ailleurs, à mon avis. Moi non plus, d’ailleurs, je ne le pense pas. Ca m’a effleuré pendant un quart de seconde, votre histoire, mais je ne me laisserai pas avoir... Je vais vous dire une bonne chose: je n’en suis qu’à ma première année, mais j’ai déjà compris l’essentiel, et je me ferai un plaisir de vous le délivrer si vous m’y invitez.

 


- L’essentiel tient en une phrase?

 


- Je vous rappelle que je suis un débutant. Et puis, ne vous en faites pas: vous trouverez cela déroutant à souhait.

 

 

 

- Allez-y...

 

 

 

- Voici: il ne faut pas expliquer le monde.

 

 

 

- Pardon?

 


- Je répète: il ne faut pas expliquer le monde. Méditez cette pensée. Au revoir.

 

Commenter cet article
R
combien de fois devrais-je le répéter...la philo, c'est caca.
Répondre
C
matière fécale? interprétation très personnelle, à développer et mieux argumenter, élève riff
T
Joli blog, rigolo et tout et tout, félicitations !
Répondre
C
Hugh! :-)
I
j'aimerais bien lire les philosophes dans le texte, mais je n'ai pas la culture pour. Si quelqu'un peut faire qqechose pour moi, ->merci
Répondre
C
eh bien, Bruno?
B
Lire ca comme ca avant de partir travailler, je ne sais pas ce qui m'a pris ! Mais pourquoi chercher les raisons de ma lecture puisqu'il ne faut pas expliquer le monde.
Répondre
C
disciple Bruno, nous vous chargeons d'une mission d'importance: <br /> vous allez nous lire toute l'oeuvre de Husserl pour voir si vous comprenez comme nous<br /> merci de donner vos conclusions  ici même dans quelques semaines<br /> et bon courage<br />  
C
Coucou,<br /> <br /> Eh béh, ça carbure par ici. On tourne le dos 1 semaine et on se retrouve complètement noyé sous les nouveautés...<br /> Mais c'est toujours aussi bon, slurp.<br /> <br /> Euh, juste pour dire comme ça : vous faites partie d'un mouvement philosophique qui refuse la classification? C'est pour ça que tous les articles, que ce soit des nouvelles zauthentiques, ou des anecdotes internautiques, sont tous à la même enseigne? ;)
Répondre
C
ah, tiens, c'est une idée, ça, un peu de classification...<br /> je m'y mets dès que j'ai cinq minutes, cher Canneberge!<br /> c'était bien, l'Angleterre?