Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

Enchâssement

Publié le 3 Octobre 2006 par Cerise in nouvelles

(idem)

 

 

 

1  Roger La Révolte, roman, p. 12

[[ les sourcils et se plongea dans de profondes réflexions: que faire, en cette occurrence? Allait-il laisser son patron le traiter de la sorte? N'allait-il pas lui répondre quelques mots bien sentis, comme on en trouve par exemple dans les films d'aventure, quand le héros manifeste son esprit de répartie? Que pourrait-il dire, qui fût impressionnant? "Môssieur, allez la chercher vous même, votre clef de 12!"? Pas mal! Mais ne risquait-il pas de se faire virer, s'il répondait ainsi? Répondre vertement à son patron, était-ce un motif de renvoi? Il n'avait jamais essayé, jusqu'à présent. Toujours, il était allé chercher ce qu'on lui demandait, en bougonnant un peu dans sa barbe. Il valait mieux se renseigner avant d'agir. Il ne pouvait pas se permettre un licenciement, avec les traites de la maison... Il demanderait à Lespinal, ce soir. Lespinal, c'était un rusé, celui-là, et il connaissait beaucoup de choses...

- Alors, Roger, reprit le patron, c'est pour aujourd'hui ou pour demain? La clef de 12, mon vieux! Je ne vous paie pas à ne rien faire!

- Mais, môssieur, ma journée est finie... Je m'en allais chez moi.... Vous voulez que je retourne à l'atelier?

- Vous rigolez? Vous êtes à trois pas de l'atelier, Roger! Et moi, je ne sais pas où elle est, cette fichue clef, je mettrais des heures à la trouver.... Allez! Du nerf! Vous n'êtes pas à la minute près, tout de même!

            Et Roger, bien décidé à ne pas remballer son patron avant de s'être renseigné sur les conséquences de ses actes, se mit en  ]]

 

2 Les Editions Retuvières, roman, p. 3

 

[dans la bouche d'un homme qui a peur de se faire licencier pour insolence? se demandait Serge Lecouvreur. Peut-on être licencié pour insolence? Il l'ignorait lui-même, n'ayant jamais rencontré le cas. Cela lui paraissait tout de même improbable... Il y avait des lois. On ne renvoie pas comme ça un employé pour quelques mots de travers. Oui, mais si le patron profite ensuite de la première occasion... Eh bien, il suffit alors de ne pas la lui fournir!

            Lecouvreur allait se replonger dans cet étrange récit de la vie d'humbles citoyens, quand son propre patron fit irruption dans son bureau, comme il se croyait manifestement autorisé à le faire... Et si j'essayais maintenant? pensa Serge, le temps d'un éclair. Je pourrais lui dire, par exemple: "Môssieur, pour qui vous prenez-vous? Frappez avant d'entrer!".

-         Serge! Réunion extraordinaire du comité de lecture, demain, à seize heures! Qu'on se le dise!

            Retuvières émaillait souvent ses propos de formules venues d'un autre âge. Peut-être l'arrière grand-père Retuvières s'exprimait-il déjà ainsi. Cela n'agaçait pas du tout Lecouvreur, qui pensait toutefois que cela eût pu l'agacer. Objectivement, c'était horripilant. Mais ça ne lui faisait rien; il restait de marbre. Le patron disparut comme il était apparu, et Lecouvreur reprit calmement sa]

 

3 L’étrange roman de Monsieur Fauvères, roman, p. 3

Quel drôle de roman, se dit Juliette, refermant un moment le livre qu'elle venait d'acheter au hasard dans un kiosque de la gare de Charlevilles-Mézières.  On dirait que le narrateur n'emploie le style indirect libre que pour se moquer de son personnage! Je n'aimerais pas être l'héroïne d'un roman écrit par ce monsieur… 

        Elle jeta un coup d’œil sur la quatrième de couverture, où figurait une brève notice biographique:

            "Gustave Fauvères, né à Paris en 1938. Après des études de droit, il se lance dans le commerce d'animaux exotiques. Rapidement enrichi, il se consacre alors à sa passion de toujours: la littérature. Retiré dans un château de Normandie, il écrit de nombreux romans, ainsi que des articles théoriques dans lesquels il souhaite fonder un nouveau courant romanesque qu'il appelle le "naturalisme inversé". Selon lui, le romancier ne doit pas "observer et expérimenter", comme le préconisait Zola, mais "anticiper et créer" : "C'est la littérature d'aujourd'hui qui fera l'homme de demain, comme Madame Bovary a enfanté toute une lignée de "Mesdames Bovary", mâles et femelles. Tel est le poids écrasant de la responsabilité de l'écrivain.", affirme-t-il dans une interview. 

       Fauvères tente d'appliquer cette théorie d’avant-garde dans ses premières oeuvres (L'âne bâté (1960), La Révolte des pigeons (1970), Tous pareils (1980)) qui ne rencontreront qu'un médiocre succès.

"Je voulais prévenir, affirme-t-il en 1990, maintenant, je dois guérir". Il se lance alors dans un nouveau projet romanesque qu'il appelle le "Projet ultime et caché". "C'est dans la torsion imperceptible de la phrase que réside le pouvoir thérapeutique de mes romans" (Préface de J'irai jusqu'au bout (2000))."

             Bigre! se dit Juliette. Ce roman-ci se veut donc également thérapeutique, puisqu'il vient d'être édité! Imperceptiblement thérapeutique,  de surcroît... Merci! Merci beaucoup, Monsieur Fauvères! Je ne suis pas sûre de vouloir guérir… et de quoi, d’ailleurs ? Le titre ne laissait rien prévoir de ces intentions, un joli titre, bien fait pour séduire les amateurs de littérature... Ca m'apprendra à ne pas regarder ce que j'achète! Maintenant, il va falloir que je

Commenter cet article
K
salut les fruits !!!<br /> http://media.putfile.com/BDO---Histoire-de-merde
Répondre
C
salut kry<br /> c'est un lien vers une histoire scato?
P
Une voiture aussi rouge voir plus rouge que vous <br /> Cela vous interesse ???
Répondre
C
Mais oui, Môssieur ;-)
C
La suite, la suite, la suite!<br /> (il y a une suite, j'en suis sûr)
Répondre
C
ouh là! ;-) Canneberge est fan!est-ce une addiction au roman thérapeutique? ;-)
K
Su un roman doit être thérapeutique (et pour qui d'ailleurs ? l'auteur ou le lecteur gasp !), je comprends mieux pourquoi je n'ai pas été éditée, je croyais juste qu'il suffisait de donner un peu de rêve aux gens : quelle naïve !
Répondre
C
chut, la sécurité sociale médite un projet de monopole des publications littéraires, rigoureusement sélectionnées et expérimentées, bien sûr