Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

Au salon

Publié le 26 Juin 2007 par Fraise in nouvelles

« Bonjour ma Francine !

-Bonjour Claudine ! »

Elles s’embrassent. Claudine pose ses deux mains sur les épaules de Francine.

« Eh bien, tu nous amènes pas le soleil !

-Oh, ne m’en parle pas. Il va falloir que tu laques parce qu’avec ce vent…

-Va directement au bac. La petite va te faire le shampoing. »

Francine prend son sac à main, enfile la blouse, relève ses cheveux et s’assoit. La tête basculée, elle regarde fixement le plafond. Tiens…comme c’est étrange…c’est pourtant vrai…mais c’est quand même curieux…on dirait comme des petits croissants dessinés dans le faux plafond. Hum, des croissants au chocolat, aux amandes, encore un peu chauds, croust…

« Ca va l’eau ? dit une voix derrière.

-Oui, oui, c’est très bien. »

…tillants, avec une tasse de chocol…

« Voilà, si vous voulez bien me suivre, madame. »

Francine suit avec son sac à main, des croissants plein les yeux.

« Assieds-toi, ma grande, j’arrive. J’encaisse madame Legras. Voilà, voilà. Merci bien, madame Legras. Voui, alors à mercredi prochain, j’ai noté. On fera les mèches. Voui, voui, voui. Ca sera très bien comme ça pour la communion. Vous serez im-pé-cable. Au top, top, top. Voui, voui, voui. Allez, bonne journée madame Legras ! »

Elle sourit à madame Legras qu’elle raccompagne et qui lui sourit aussi, casque intégré sur la tête, parée pour la tempête.

« Allez à nous deux, ma grande. Ca va ?

-Bah oui,  tu sais, la routine…

-Voui, voui, voui »

Claudine dispose des pinces dans les cheveux de Francine qui ressemble alors à une petite collégienne.

« Et toi ?

-Oh, ma foi, ma foi, ma foi, on fait aller, hein ? Comme tout le monde ! Mais je suis quand même fatiguée. C’est dur la coiffure : toujours debout…Mon dieu, si j’avais su…

-Bah, qu’est-ce que t’aurais fait ?

-Oh, je ne sais pas…c’est vrai…Tu te souviens à l’école ? On n’était pas vraiment des flèches… 

-C’est qu’on travaillait pas beaucoup non plus. On aimait bien s’amuser. Tu te souviens ce qu’on avait fait au prof de physique…Oh, là, là. On était des sacrés numéros, quand même… »

Silence émue. Claudine coupe, un sourire aux lèvres. Francine a les yeux un peu embués.

« Enfin, elles étaient pas toutes rigolotes comme nous les filles de la classe. Tu te souviens de l’Héloïse ?

-Ben voui, tu penses. C’est pas pour rien qu’on l’appelait « l’intellectuelle ».

-Ouais.

-Enfin, c’est pas ça qui lui a fait garder son Richard, en tout cas. »

Francine a les yeux qui s’arrondissent :

« Qu’est-ce que tu dis ?

-Mais, tu le savais pas ? Voui, voui, voui, elle et Richard, c’est fini. Ils sont en train de divorcer. Voui, voui, voui. Ils vivent séparés. Alors, lequel a quitté l’autre ? Ca, tu connais le truc, dans ces cas là ? Y en a qui disent que c’est lui qui l’a virée, y en a qui disent que c’est elle…Moi, je te dis juste qu’ils divorcent. »

Claudine donne le dernier coup de ciseaux d’un geste sûr et rajoute :

« Voui…voui…voui. »

-Bah, dis donc, je suis sci-ée. Quand même, ça faisait longtemps qu’ils étaient ensemble. Et puis, le petit…Bah, dis donc… »

Claudine peigne et Francine pense tout haut :

« Ils avaient quand même tout : elle est magnifique, grande, fine, toute mince, avec ses superbes jambes. Et l’argent ! Mon Dieu, l’argent ! Et le petit ! Oh là, là, là, là !…. 

-Eh, oui, c’est la vie ! Enfin, tu sais, elle a pas toujours été mince, et puis ses jambes, on a vu mieux… »

Francine se redresse comme piquée par une aiguille :

« Ah bon ? Oh, excuse-moi j’ai bougé.

-Non, t’inquiète pas ! J’ai l’habitude.

-Tu disais ? Elle a pas toujours été…

-Bah non. Dis, tu sais, moi, je la connais depuis la maternelle. Elle était toute ronde. Et jusqu’au collège. T’as pas vu sa mère ? Enfin, tu me diras qu’elle a pas le même âge…et puis, tu sais bien… ? »

Claudine lève le peigne, fixe Francine dans le miroir et, baissant la voix :

« Elle ne boit pas que de l’eau. Tu vois ce que je veux dire ? »

Francine, les yeux ronds à nouveau :

« Ah bon ! ! Tu veux dire qu’Héloïse boit ? 

-Non ! Pas elle, mais sa mère.

-Ah ! Me voilà rassurée ! Je comprenais plus rien. J’ai assez lu que l’alcool fait grossir ! »

Claudine regarde Francine, l’air dubitatif.

« Bon, je vais juste vérifier la couleur de madame Port et je reviens.

-Oui, oui. »

Francine ouvre un magazine au hasard et tombe sur une magnifique recette de tiramisu. Un frisson la parcourt et une hypersalivation s’active.

« Bah, tu rêves ? Voui, voui, voui.

-Oh excuse-moi. » Francine referme rapidement l’objet du désir :  «  Je pensais que…heu…j’avais complètement oublié de dire un truc important au boulot à Jeanne…mince !

-Et comment elle va la Jeanne ?

-Toujours pareil. Toujours discrète. Mais je la trouve un peu triste en ce moment.

-Bah, c’est le temps. T’as vu le temps qu’on a.en ce moment ? C’est déprimant, hein ?

-Oh, oui. C’est sucré. Oh, mais qu’est-ce que je raconte ? Je voulais dire « c’est surprenant »! Bah, j’ai besoin de vacances moi !

-J’en connais une autre ! Allez, j’attaque le brushing !

-Ah, c’est ce que je préfère. Cette chaleur dans le cou : j’a-dore ! Ca me berce. »

Et Francine ferme les yeux au son du sèche-cheveux. Elle s’imagine à une table constellée de petits fours sucrés, de tiramisu, de coupes de champagne. Quel bonheur tout ce luxe ! Elle est splendide avec ses longues jambes, sa taille de guêpe…Il y a Richard qui la regarde, les yeux plein de, de, de…

« C’était quand même un beau couple…dit Francine, comme se parlant à elle-même.

-Voui, voui, voui, mais, bon, c’est la vie ! Et puis tu sais, ça devait pas être rose tous les jours, tu sais. Lui, tu vas pas me dire que c’est un saint…Les frasques du père, à Vipru, tout le monde les connaît. Et puis, elle, toujours sur la réserve, à réciter des poèmes…Il a dû en avoir marre le Richard. C’est qu’elle, elle doit pas être drôle tous les jours ! 

-Oh, tu m’étonnes ! Déjà en 4ème, elle nous sortait des mots qu’on comprenait pas. Mais, elle était toujours gentille quand même. » Et, dans un soupir : « Enfin ! Mince comme elle est, elle se retrouvera vite quelqu’un.

-Certainement. Voui, voui, voui…enfin, y a pas que la minceur. Moi, avec mon gros derrière, j’ai toujours mon Robert ! Tu sais, les hommes… » Et là, Claudine laisse planer un mystère.

« Eh bah, voilà, ma chérie ! C’est fini. Alors, on laque, on laque, on laque ?

-Avec ce temps, il vaudrait mieux. »

Et Claudine agite une bombe tout autour de Francine qui forme autour de sa tête un halo vaporeux et odorant. Elle ferme les yeux et rejoint encore un bref moment ses tiramisu au champagne avec Rich…

« Trécy, va chercher la veste de madame »

Francine et son brushing enfilent le manteau en souriant rêveusement à Trécy.

« Mais, dis donc, ma Francine, t’aurais pas un peu maigri, ma chérie ? »

Francine pivote sur elle-même et regarde Claudine les yeux aussi brillants que sa chevelure. Sa voix est mal assurée, tremblotante de joie et de chaleur :

« Tu l’as vu ! Ca se voit, hein ?

-Mais voui, voui, voui. C’est bien de faire des efforts.

-Oh oui , mais c’est tellement dur ! Si les jeunes savaient, ils arrêteraient de manger toutes leurs cochonneries. Il ne faut jamais se laisser aller, après, c’est tellement dur de se reprendre ! » Elle soupire.

« A qui le dis-tu ?  Allez ma chérie, je t’encaisse et je m’occupe de madame Port. »

Francine paye. Elles s’embrassent, se souhaitent une bonne journée. Francine affronte le vent, cheveux laqués, cheveux collés, voui, voui, voui, des rêves plein la tête, voui, voui, voui, tartelettes et coupettes, voui, voui, voui, Héloïse et Richard, voui, voui, voui, Héloïse sans Richard, voui, voui, voui, Richard sans Héloïse, voui, voui, voui, Richard, et Richard, Rich…

 

 

 

Commenter cet article
C
bin ça fait un bail que je suis pas venue et comment va fraise et comment va framboise hein :)<br />  
Répondre
R
"voui voui voui"! ça me rappelle le "hop hop hop" de Tatoum ça!^^c'est pas mal de changer de point de vue sur la situation à chaque chapitre... vraiment intéressant. on attend les prochains ragots avec impatience!
Répondre
K
Je croyais que Richard il avait une petite baisse de régime ?...!
Répondre