Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

Ce qui ne passe pas

Publié le 24 Mars 2010 par Cerise in nouvelles

champs labours petit

D'après un extrait du film Shoah,

de Claude Lanzmann.


Il dit :

« Je cultivais mon champ à cent mètres du camp d'extermination ».

Puis il se tait et regarde son vis-à-vis en souriant.


C'est étrange, ce sourire. Pourquoi ce sourire?


Il raconte, il fait de grands gestes autour de ses oreilles:

« C'était insupportable d'entendre les hurlements. Heure après heure, jour après jour, semaine après semaine... Les hurlements... Et moi, je cultivais mon champ. Que pouvais-je faire? Je cultivais mon champ à côté des hurlements. ».


Il sourit toujours. Toujours de la même façon. Comme un masque.


Il continue: «  Je ne dormais plus ».


Puis il se tait. Il regarde. Il sourit toujours.


Il reprend: « Nuit après nuit, je ne trouvais plus le sommeil. ».


Il recommence à décrire des cercles avec ses mains autour de ses oreilles.

« J'entendais leurs cris dans la nuit. »


Il regarde son interlocuteur, comme pour vérifier s'il a bien compris.

« C'était dans ma tête. J'entendais leurs cris dans ma tête ».


Un long silence.


Il ouvre la bouche, comme pour ajouter quelque chose, et puis il renonce.

Et puis il prend une inspiration et articule:  « Et puis... ».

Et puis il renonce.

Il tourne la tête vers la colline. Il fait « non, non ».


Il dit: « C'est trop difficile... ».


Il dit : « C'est impossible... »


Il dit: « On ne peut pas comprendre ça... ».


A nouveau, il prend une inspiration et lance :


« Et puis je me suis habitué... »


Il ne sourit plus.


Il répète: « Je me suis habitué. »


Il dit: « ça ne me faisait plus rien ».


Il ajoute: « On s'habitue à tout ».


Il ne sourit plus. Ses traits vacillent et se défont. Il n'a plus de visage.


"un lieu où l'état d'exception coïncide

parfaitement avec la règle, où la

situation extrême devient le paradigme

même du quotidien"

Giorgio Agamben,

Ce qui reste d’Auschwitz,

Rivages/poche, 2003

 

Commenter cet article
K
<br /> <br /> ...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre