Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

Election

Publié le 26 Novembre 2011 par Cerise in nouvelles

Angelico-Jugement dernier-1440Musée Jacquemard, exposition « Fra Angelico ». La foule se presse. Beaucoup de religieuses, heureusement sans cornettes, des dominicaines, certaines très jeunes, bouches bées devant les tableaux. Pour le reste, l'âge moyen des visiteurs se situe autour de 70 ans.

Il faut se faufiler pour apercevoir les œuvres, mais l'atmosphère reste feutrée, très cléricale, en somme. On s'excuse, on s'approche, on regarde, on se retire vite, on n'a pas vraiment le temps de se concentrer.


C'est ainsi que, l'esprit vacant, je me retrouve à observer de biais une représentation du Jugement dernier. On distingue un Christ assis sur un trône, couronné, resplendissant. A gauche, les gentils, accompagnés par des anges, montent vers le Paradis. A droite, les méchants sont saisis par des démons et jetés dans la Géhenne. Je devine tout cela plus que je ne le perçois nettement, dans une trouée entre un voile noir et une chevelure blanche. Je ne suis pas sûre que cette peinture soit de Fra Angelico, mais il m'est difficile de le vérifier dans l'immédiat sans déranger une nonagénaire grassouillette en contemplation devant la fin du monde. J'attends donc patiemment qu'elle se déplace.

 

« Il y aura peu d'élus », entends-je articuler dans mon oreille.

Est-ce à moi que ce discours s'adresse ?

La voix répète

« Il y a beaucoup d'appelés, mais il y aura peu d'élus ! J'y crois beaucoup ! »

C'est une voix de femme, derrière moi. La nonagénaire relève la tête et se tourne vers son interlocutrice , dont je vois maintenant le bras qui la soutient. Elle arbore une moue dubitative et murmure une phrase inaudible. Il me semble pourtant y reconnaître les mots « pessimiste » et « peur », ce que me confirme la réponse de son accompagnatrice :

« Peur ? Non, non, je n'ai pas peur ! Absolument pas peur !»

Les mots ont jailli comme si elle s'était sentie insultée. Douterait-on de sa supériorité ?

La moue dubitative de la nonagénaire s'accentue. Elle profère d'une voix un peu tremblante:

« Moi, je crois en la miséricorde ».


Avant de m'éloigner, je tourne discrètement la tête pour découvrir le visage de cette future rescapée, élue entre les élus. Nous autres, pauvres pécheurs, irons pour l'éternité subir les tourments de l'Enfer. Elle sera à la droite de Dieu, auréolée de lumière. Pour l'heure, sa face exsangue témoigne plutôt d'une vie de jeûne et de macération.


Le prix du salut ?

Commenter cet article