Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

Glace

Publié le 8 Août 2011 par Fraise in nouvelles

images-copie-1 Il reprend un verre de whisky car il en a envie. Il sent moins son corps lourd et se laisse un peu aller dans le fauteuil. La voix sonore ponctuée de petits rires aigus, il discute avec François et Catherine. « Oh la la, mon frigo a complètement changé ! Il n’y a plus que des légumes, des légumes, des légumes et du poisson, du poisson et… du poisson. C’est simple, quand j’ouvre la porte le matin, j’ai l’impression de ne pas être chez moi. » Et il rit en reprenant une gorgée de whisky. « Tu n’as pas des glaçons, Catherine, s’il te plaît ? » L’hôtesse se lève tout de suite. François parle de son nouvel employeur. Il a enfin réussi à se rapprocher de Catherine. Il est content de ne plus passer ses nuits à l’hôtel. Cela lui devenait vraiment pénible. Catherine a rapporté les glaçons et Antoine en prend plusieurs. « Je te ressers ? » interroge François la bouteille levée. « Oh, oui, allez ! » répond Antoine en riant. Sa compagne vient de se glisser sur le fauteuil juste à côté du sien après avoir posé son téléphone portable dans son sac à main. C’est une belle femme à la mode, bronzée, la silhouette fine soulignée par un pantalon serré et de hauts talons. Ses longs cheveux noirs sont denses et brillants. « Moi aussi je veux bien un autre verre de rosé, s’il te plaît François. –Oui, tout de suite. - Et des glaçons ? – Oui, ils sont là, juste devant toi. » Elle regarde le bol : « Je peux avoir une petite cuillère pour les prendre ? Evidemment, les hommes, vous les avez pris comme ça. Ça ne vous traverse même pas l’esprit… » Antoine la regarde sans interrompre sa conversation avec François. Un bonjour enthousiaste et rieur se fait entendre depuis le fond du long couloir de l’appartement. Antoine reconnaît avec joie la voix de son ami d’enfance, son ami de trente ans. « Salut, mon Tinou – Salut, toi. » Ils s’embrassent affectueusement et bientôt trinquent en cognant leurs verres. Ils rient déjà et sortent leurs cigarettes. « Ha, on fume maintenant chez vous ? » Le ton est tranchant. Antoine a compris et se lève : sa compagne ne supporte pas la fumée de cigarette. Son ami le suit vers le balcon en lançant dans un grand éclat de rire : « Oh la casse-couilles ! » Elle reste de glace car elle sait bien qu’elle n’aura pas le dernier mot contre lui et encore moins contre eux deux. Depuis le salon, ils les entendent rire. Son verre à la main, qu’elle a large, presque masculine, elle discute avec Catherine. Ils reviennent hilares, simplement heureux, comme des enfants. Elle n’a pas décroisé les jambes. Antoine passe une main sur ses épaules sans qu’elle ne bouge. Il reprend son verre, les yeux vagues. Puis il suit la cambrure de son pied doré à elle. C’est la première fois qu’il a une femme aux jambes si longues et qui porte des talons aiguilles. Ça le flatte et ça l’excite. D’un geste brusque, il fait s’entrechoquer les glaçons dans son whisky.

Commenter cet article