Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
FRAISE ET CERISE

Blog de brèves nouvelles plutôt humoristiques fraîchement écrites par deux auteurs : Fraise et Cerise.

offrande lyrique

Publié le 18 Mars 2010 par Cerise in nouvelles

Sur les marches du lycée, elle rencontre un ancien élève. Ils se sont déjà croisés quelques jours auparavant, dans un hypermarché. Il l'a saluée gentiment et lui a montré le livre de Tagore qu'il venait d'acheter, lui demandant si elle connaissait cet écrivain. Elle lui a répondu qu'elle l'appréciait beaucoup, et particulièrement un recueil de poèmes intitulé... elletagore ne retrouvait pas le titre complet, sur le moment. Elle se souvenait juste qu'y figurait l'adjectif « lyrique ».

 

Aujourd'hui, ça lui fait vraiment plaisir de le revoir et de penser à Tagore plutôt qu'aux suppressions de postes, au climat mortifère qui règne dans l'établissement, à son épuisement. Ils se serrent la main. Il est accompagné d'un autre jeune homme qui lui fait un petit salut de la tête et reste poliment à distance. Elle demande à son ancien élève s'il a commencé le livre acheté le jour où ils se sont rencontrés.


 - Oh, oui! J'en ai déjà lu le quart: ça me plaît beaucoup. J'ai vu le titre dont vous me parliez, avec l'adjectif « lyrique »... mais j'ai oublié l'autre mot... « Le cadeau lyrique »?

- « L'offrande lyrique »! Je l'ai retrouvé sur le parking, en sortant. Et le tien, quel est le titre, déjà?

 

- Attendez... Ah, zut! Je l'ai oublié!

- Décidément, nous avons tous les deux un problème avec les titres


Ils rient tous deux de ce manque de mémoire.


- Bon, si tu as l'occasion de lire L'offrande lyrique, ne rate pas ça! On y trouve le poème le plus célèbre de Tagore:
« Si tu veux chanter l'amour

Prends un luth, prends un violon

Mais ne dis rien. »


Elle a une seconde de vacillement. Est-elle bien en train de réciter à cet ancien élève, sur les marches du lycée, à quelques pas de son copain qui l'attend, un passage particulièrement lyrique de L'offrande lyrique ? Est-elle bien là à lui expliquer, au nom de Tagore, comment il doit chanter l'amour? La situation lui paraît cocasse, voire ridicule... Mais il l'écoute attentivement, il opine gravement du chef, alors au diable ses hésitations et vive Tagore, elle continue: 

 

« Les mots sont trop petits pour chanter l'amour.

Il est grand comme la vie et le monde,

Rien n'est plus grand que lui. »

 

Petit silence. Il la regarde toujours en faisant « oui oui ». Elle lui dit « Voilà, c'est tout. Pas mal, non? ». Il continue à faire « oui oui » de la tête. Le copain qui attend la regarde sans aménité. Elle remarque une pile de tracts dans les mains de son ancien élève: « Vous distribuez quelque chose? ». Il lui explique qu'il fait de la publicité pour une journée « Portes ouvertes » dans son IUT. Il s'excuse de devoir la quitter et lui remet un prospectus. Elle ne sait pourquoi elle lui dit qu'ils se reverront sûrement.

 

Seule sur les marches du lycée, elle se récite à nouveau, silencieusement cette fois, le poème de Tagore. Un vent léger promène, sur la place déserte, quelques emballages de barres chocolatées, puis va jouer dans la ramure des peupliers.

 


Commenter cet article